Le voyage magique de B.P.K.

Le voyage magique de B.P.K.

Yo ! Pour mon premier article: Bienvenue dans le METAGAME! Laissez-moi vous raconter mon mois de mars 2018, qui a été, comme vous pourrez le constater, riche en voyages, en tournois et en découvertes… Afin de cadrer le tout, voici ce qu’a été mon calendrier d’évents, je vous laisse déduire ce qu’il a impliqué niveau déplacements 😉

10 – 11/03 : GP Madrid en Team constructed

24 – 25/03 : GP Kyoto en Team constructed

31/03 – 1/04 : GP Amsterdam en Team limited

Tout commence avec le GP Madrid en Team construit qui s’est tenu les 10 et 11 mars. Pour ce tournoi, je jouais avec Kevin Demange en Standard et Guillaume Perbet en Legacy; vous l’aurez compris, je jouais en Modern. Nous décollons de Lyon tous les trois le vendredi, Guillaume à bord d’un premier avion, Kevin et moi à bord d’un deuxième censé décoller quinze minutes plus tard, ce serait trop facile sinon. Nous obligeons Guillaume à nous attendre une heure et demie à l’aéroport de Madrid suite à un retard sur notre vol, n’hésitez pas à nous surnommer les génies de l’organisation ! Il nous récupérera cela dit en pleine forme, suites des deux pintes que chacun de nous nous sommes vaillamment forcés à ingurgiter au bar de la porte d’embarquement. Nous nous devions de prendre notre mal en patience dans les meilleures conditions.

Un check-in et un repas plus tard (médiocre, mais pas cher ! l’Espagne hein…) et nous voilà en train d’essayer de récupérer au prêt les dernières cartes qu’il nous manque pour le deck standard. Malgré tous nos efforts et la gentillesse sans faille de notre réseau, nous étions toujours à la recherche de 2 “Mépris de Vraska” le matin même. Nous avons eu le plus grand mal à trouver, toutes les boutiques étant en rupture de stock à notre arrivée et nous avons fini par pouvoir acheter à 15€ pièce à un magasin qui venait d’en racheter deux à un joueur (Vraska le bénisse!). Nous avons pu finir nos listes juste à temps, confortablement assis en face de nos adversaires de la ronde 1. En dépit de ce rush de dernière minute, c’est satisfait de notre préparation que nous entamons notre premier match, empli de l’enthousiasme caractéristique des débuts de tournoi après avoir souscrit les 3 decks suivants :

Bleu-Noir Midrange en standard :

4 Le Dieu Scarabée
4 Siphonneuse de la Manche Étincelante
3 Éthérien Doué
4 Championne d’Esprit
2 Gonti, Seigneur de la Luxure
1 Carcasse Mécanique Torrentielle
1 Baliste Ambulante
4 Poussée Fatale
2 Tracer un Cap
4 Mépris de Vraska
1 Graver/Mémoire
2 Dispersion d’Essence
1 Liliana, Majesté de la Mort
4 Bassin Fétide
4 Catacombes Noyées
4 Centre d’Éther
3 Champ de Ruines
9 Marais
3 Ile
Réserve :
1 Décès Doré
2 Gardien des Glyphes
1 Graver/Mémoire
2 Négation
2 Instant d’Envie
1 Contrainte
1 Lueur de Génie
1 Destin Funeste
1 Coup de Confiscation
1 Moissonneur de l’Éthersphère
2 Jeûne de Sang d’Arguel

Mono Vert Tron en modern :

4 Machine Guivre-Étreinte
2 Ulamog, la Voracité Insatiable
1 Baliste Ambulante
4 Karn Libéré
2 Ugin, le Dragon-Esprit
4 Carte d’Expédition
4 Sphère Chromatique
4 Étoile Chromatique
4 Anciens Frémissements
4 Regard Sylvestre
1 Relique de Progénitus
2 Démembrer
1 Contorsion Spatiale
4 Pierre de l’Oubli
4 Tour d’Urza
4 Mine d’Urza
4 Centrale Énergétique d’Urza
4 Forêt
2 Quartier Fantôme
1 Sanctuaire d’Ugin
Réserve :
1 Creuset des Mondes
2 Contorsion Spatiale
3 Thragcorne
3 Voyant du Noeud de Pensée
1 Aiguille à Sectionner
1 Emrakul, the Promised End
3 Revendication de la Nature
1 Relique de Progénitus

BUG Delver en legacy :

4 Sondeur de Secrets
4 Shaman Ritemort
4 Baudroie de Gurmag
2 Némésis de l’identité
4 Force de Volonté
4 Hébétude
3 Hymn to Tourach
1 Saisie des Pensées
4 Contemplation
4 Remue-Méninges
3 Poussée Fatale
2 Édit Diabolique
1 Démembrer
1 Décomposition Abrupte
4 Terres Dévastées
4 Estuaire Pollué
4 Forêt Pluviale Embrumée
1 Catacombe Verdoyante
4 Mer Souterraine
1 Île Tropicale
1 Bayou
Réserve :
1 Poussée Fatale
2 Saisie des Pensées
1 Décomposition Abrupte
1 Hydrosalve
1 Défigurer
2 Victimes des Marécages
2 Âpre-Fleur
2 Percesort
3 Extraction Chirurgicale

Malheureusement, 5 rondes de Magic plus tard, l’enthousiasme n’était plus vraiment au rendez-vous, et c’est affublé du brillant score de 2/3 que nous sommes poussés vers la sortie prématurément… Sans expliquer partie par partie ce qui s’est passé, nous avons souffert d’un manque de préparation en standard notamment concernant notre match-up contre Mono Rouge. Il en a été de même en Modern dans la gestion du match-up contre Bleu-Blanc Contrôle. Nos décisions incertaines, pour ne pas dire très mauvaises dans certaines situations, couplées à des pioches médiocres nous ont logiquement conduit à l’abandon. Pour la postérité, nous finissons à 2/3 en Standard, 2/3 en Modern et 3/2 en Legacy.

Malgré cela, la dynamique des matchs à 3 en construit était très agréable à vivre et le fait d’avoir un œil sur trois formats différents au sein d’un seul et même tournoi était très novateur. De plus, je ne pense pas que la piètre qualité de nos résultats reflète de mauvais choix de deck, ce qui explique que nous ayons gardé une configuration assez proche pour le GP Kyoto, mais je reviens là-dessus plus bas.

Nous quittons donc la salle la tête basse et la queue entre les jambes, non sans s’être inscrits au PTQ en team limité, pour noyer notre chagrin dans les cocktails au gin et les grands yeux des charmantes créatures locales. Nous revenons le lendemain plus vaseux que jamais, mais dopés comme il se doit à l’aspirine (seuls les vrais savent). Habituellement nous ne sommes pas de grands fans de ces tournois, mais cette fois le format le rendait bien plus intéressant qu’à l’accoutumée tout en nous permettant de nous préparer pour le GP Amsterdam à venir. Nos pools* (*Ensemble des cartes de départ pour la construction) étaient bons et après avoir construit un Noir-Blanc vampire de qualité, un Rouge-Noir contrôle très grindy et un Bleu-Vert ondin all-in qui s’est révélé bien meilleur qu’il en avait l’air, nous finissons le tournoi à 4/1 en perdant la ronde 4 contre l’équipe serbe de l’excellent Aleksa Telarov. C’est encourageant !

Retour à Lyon le soir même, toujours dans deux avions séparés (pas de commentaire). Cette fois-ci c’est le pauvre Guillaume qui souffrira d’un retard de plus de deux heures sur son vol, ce qui le fera atterrir à Lyon vers 1h du matin avant d’enchaîner sur deux heures de route avant d’arriver chez lui . (The usual GP week-end shit !)

Après avoir passé environ douze petites heures en France, nous reprenons le chemin de l’aéroport dès le lendemain avec Kevin pour retrouver Léo Schulhof qui remplacera Guillaume pour l’étape japonaise de notre périple, sa chaire d’éminent professeur de mathématiques à Vesoul ne lui permettant pas la même liberté que nous. Après avoir bu les deux pintes similaires que trois jours plus tôt (histoire de vérifier que le rapport qualité/prix était vraiment bon), nous nous envolons cette fois-ci tout d’abord pour Amsterdam afin d’y passer une courte nuit et d’y goûter les spécialités locales (je parle de croquettes à la viande bien entendu, nous connaissant qu’avez-vous pu imaginer d’autre?). Puis treize heures de vol et une escale à Helsinki plus tard et nous voilà arrivés à Tokyo.

Nous avions deux semaines à passer au Japon avant le Grand Prix que nous avons mises à profit pour visiter Tokyo et Osaka en plus de Kyoto où se déroulait le tournoi. Je ne rentre pas dans le détail ici, car ça mériterait un article à part entière, mais sachez simplement qu’on en a pris plein les yeux et les papilles. 🙂

japon 1

Entre deux yakitoris nous avons tout de même réussi à garder contact avec la France, notamment avec Eliott Boussaud qui a cette occasion a pu nous exposer la force de son deck standard Mono-Blanc contrôle que vous devez connaître si vous avez un peu suivi ce qui se passait dernièrement sur la scène du standard français. Appuyé par d’excellentes statistiques publiées par Alain Bardini et livrées avec tous les plans de réserve, ainsi que d’un article dédié au deck publié par Raphaël Levy, cette liste avait tout pour plaire. C’est pourquoi nous avons commencé à la jouer intensivement sur MtgO, car nous avions emporté un laptop. Nos résultats avec le deck passèrent vite de médiocres à clairement bons avec un peu de pratique, et il ne nous en a pas fallu plus pour décider de changer de deck en standard en adoptant ce Mono-Blanc. Ce choix peut paraître un peu précipité, mais d’une part nous n’avions pas une confiance énorme dans notre capacité à construire et à jouer parfaitement Bleu-Noir Midrange, et d’autre part nous avions peur de passer à côté de quelque chose en ne jouant pas ce deck atypique qui peut très prometteur.

Par contre, évidemment, nous n’avions pas emporté les bouts de carton qui permettent de quoi construire ce deck, nous avons donc dû nous rendre au magasin Hareruya de Tokyo. Et là, habitués aux boutiques MTG que l’on trouve en province, je dois dire que nous avons tous les trois été bluffés. On commence doucement avec une enseigne extérieure discrète indiquant une boutique en étage (ce qui n’est pas rare au Japon : beaucoup de magasins ou de restaurants se trouvent en étage et il est parfois difficile de les trouver sans parler la langue). Par contre, une fois monté les escaliers, on débouche sur un espace pouvant accueillir au moins 200 joueurs, comblé ce jour-là, des présentoirs de cartes semblables à ceux qu’on trouve sur les étals des vendeurs des GP, au moins une vingtaine de salariés ainsi qu’une dizaine d’iPad accrochés aux murs afin de passer ses commandes. Une fois la commande prête, son numéro apparaît sur un écran et il suffit de se rendre au comptoir pour régler le tout.

shop

Nous avons donc pu acheter tout ce qu’il nous fallait afin de construire cette petite merveille, dont voici la liste pour rappel :

Mono-Blanc Contrôle :

1 Autorité des Consuls
4 Carte au Trésor
4 Fin Déconcertante
2 Arrestation par Mécanoptère
4 Relique d’Orazca
4 Entrave d’Ixalan
4 Proscription
1 Intervention de Gideon
1 Aménagement des Décombres
4 Fumigation
3 Le Soleil Immortel
3 Approche du Second Soleil
3 Dunes de Shefet
4 Terrains des Charognards
3 Champ de Ruines
2 Arche d’Orazca
13 Plaine
Réserve :
4 Caracal Royal
4 Avant Garde d’Adanto
4 Baliste Ambulante
3 Autorité des Consuls

En gros, le plan est de tuer à la 1 à l’Approche et de changer de stratégie à la 2 avec des créatures en anticipant que l’adversaire retire tous ses anti-créatures. Le deck se comporte très bien contre les aggros du format, surtout avec l’aide de la réserve qui permet de monter à 4 “Autorité des Consuls” contre Mono Rouge, Mardu et Rouge-Noir. Les decks Dieu Scarabée et Don du Dieu Pharaon souffrent beaucoup des 4 “Terrains des Charognards” de base et la majorité des midranges du plus classique (Sultai) aux plus bizarres du type Noir-Blanc Vampires Token ou Blanc-Vert Explore perdent sur “Fumigation”. Même la version la plus contrôle de Bleu-Noir paraît être un match-up assez facile une fois que l’on sait comment négocier la partie (le decker s’il fait pas attention à ses “Lueur de Génie” ou, comme nous l’a appris Eliott, caster une première “Approche du Second Soleil”, monter à 21 manas tour mille sous “Le Soleil Immortel” et lancer dans le tour “Intervention de Gideon” puis trois “Approche”, puis à la 2 passer sur le plan bêtes). Les match-up les plus difficiles étant Rouge-Vert Monstres qui ne souffre pas trop de “Fumigation” ni du “Caracal” (ses bêtes sont trop grosses) et contre qui “Autorité des Consuls” ne brille pas et Blanc-Bleu Approche contre qui tous nos enchantements ne servent à rien et qui en plus a des contres.

En Modern, nous avions toujours confiance en notre deck Tron, et nous n’avons fait aucun changement par rapport à Madrid. C’est dans ce format qu’il nous paraissait le plus dur d’augmenter notre edge sur le field tant il est compliqué de monter à plus de 55-60% de win contre le méta. Cela est dû à la très grande diversité du format. De ce fait nous avons joué un deck solide avec un plan proactif fort assez résistant aux cartes de réserve des adversaires avec au final peu d’excellents match-ups, mais aussi peu de très mauvais en l’état.

En Legacy, par contre, nous avons apporté quelques changements à la liste de BUG Delver que nous avions joué à Madrid, principalement sur la réserve :

BUG Delver :

4 Shaman Ritemort
4 Sondeur de Secrets
4 Baudroie de Gurmag
2 Némésis de l’identité
4 Contemplation
4 Remue-Méninge
2 Écurage de Pensée
4 Poussée Fatale
1 Saisie des Pensées
3 Hymn to Tourach
4 Hébétude
2 Édit Diabolique
4 Force de Volonté
1 Île Tropicale
1 Bayou
3 Merre Souterraine
4 Forêt Pluviale Embrumée
4 Estuaire Pollué
1 Catacombe Verdoyante
4 Terres Dévastées
Réserve :
2 Percesort
2 Saisie des Pensées
2 Décomposition Abrupte
3 Extraction Chirurgicale
2 Âpre-Fleur
3 Défigurer
1 Victimes des Marécages

Le plan de ce deck est de battre la partie combo du méta (aka Storm et Sneak Show) ainsi que Grixis Delver. Les contres et la défausse sont dans 95% du temps largement suffisant pour briser les combos et les 4 “Baudroies de Gurmag” ainsi qu’un nombre d’anti-créatures important battent Grixis et ses « Pyromanciens ». Les mauvais match-ups du deck sont les decks Mono-Rouge Prison, Eldrazi ainsi que Miracle. Le deck peut également rencontrer des problèmes contre Death and Taxes, mais les 3 “Défigurer” et les 2 “Décomposition Abrupte” de réserve aident beaucoup. Contre tous ces mauvais match-ups, les “Âpre-Fleur” interviennent et peuvent faire tourner la partie en notre faveur s’ils touchent le champ de bataille suffisamment tôt.

C’est donc armé de ces trois decks que nous entamons notre préparation au GP Kyoto en commençant par un « Team évent » organisé par la boutique Hareruya d’Osaka cette fois-ci. 5 rondes + top 4 que nous perdrons en finale après avoir 4z + ID les rondes, c’est plutôt encourageant. Le Mono-Blanc n’aura pas perdu de ronde dans cet évent, et cela nous permit de nous rassurer principalement contre Mono Red que nous avions du mal à croiser en ligne. Certes, Eliott nous avait prévenus que c’était positif, mais on était content de le vivre par nous même :). Côté Modern, la seule ronde perdue sera la finale en miroir, encourageant également. En Legacy ce fut un peu plus compliqué, mais les mauvais match-ups tiers 2 se sont enchaînés toute la journée et notre pilote a tout de même réussi à en battre quelques-uns. Le niveau local nous a semblé assez bas.

Nous enchaînons avec le jour 0 du GP où se déroulait des évents en team construit de quatre rondes assez value dans la mesure faire 4/0 rapportait à l’équipe trois boîtes M25 Japonaises, pour la modique somme de 20€ par joueur. Nous avons pu en faire deux, nous avons 4/0 le premier et 2/1/1 le deuxième, bonne journée encore donc… En termes de niveau, nous n’avons pas remarqué d’évolution par rapport au tournoi boutique. Il semble que le nombre de joueurs au Japon soit très important, et qu’assez logiquement le joueur lambda ne joue pas extrêmement bien.

gp

Puis arriva le jour 1 du GP, où pleins de confiance nos espoirs furent encore une fois vite réduits à néant contraint de droper à 4/3 après la ronde 7. Plus difficile de critiquer le niveau local après une telle déconvenue, mais croyez-moi nous ne nous sommes pas fait sortir par Yuya Shota et Yuuki 😉

Les match-ups n’étaient pas idéaux, les parties ne se sont pas très bien passées et puis le temps d’analyser tout cela et nous étions out. À l’inverse de Madrid, il ne semble pas que nos défaites soient dues à des misplays en jeu ni à un manque de préparation, ce qui est déjà un peu moins frustrant. En Legacy, nous avons peut être surestimé le nombre de Storm/Sneak Show/Grixis que nous attendions, mais lorsque que nous regardions autour de nous on ne voyait que ça alors que notre pauvre Léo était en train de batailler contre Eldrazi ou Death and Taxes. En Modern, il y a eu quelques match-ups très durs du type Ferronnerie du Clan Krark ou Titanshift que nous n’attendions également pas spécialement. Enfin, en standard, il semble que la liste et les plans de réserve du Mono Blanc ont commencé à circuler un peu sur la scène Magic japonaise, car nous avons rencontré au moins deux équipes qui se sont murmuré quelque chose du style “apprrroochuuu” en voyant s’asseoir Kevin 😀 (en même temps, quelle idée d’emmener un noir albinos au Japon pour passer inaperçu…). Et du coup les “Caracals” n’étaient plus un régal, car moins une surprise. Du coup, les anti-créatures adverses avaient tendance à beaucoup plus rester dans les decks après la 1, ce qui ne fut pas idéal pour le taux de gain, même si le deck restait toujours impressionnant.

Pas de jour 2 donc encore une fois, mais ce n’est pas ce qui nous a empêchés de nous faire remarquer comme vous pourrez le constater en cliquant sur ce lien, notre présentation commence aux alentours de la 19e minute (ne jugez pas hein !):

Kevin avait eu la bonne idée de nous inscrire à cet étrange concours, dont la simple participation rapportait déjà une boite RIX à chacun de nous, et qui en cas de victoire nous rapportait une boîte RIX de plus. Il se trouve que nous n’avons pas gagné… Mais nous espérons qu’au moins dans vos coeurs vous saurez apprécier la pureté mélodique de cette Marseillaise, à nous The Voice?

Retour en Europe suite à cela, pour la dernière étape de notre périple, le GP Amsterdam, pour lequel nous retrouvions Guillaume Perbet alors que Leo partait s’acoquiner avec Jeremy Berthoux et Pierre Sommen. Il y a forcément moins à dire sur le Limité, à part que nos pools du jour 1 ET du jour 2 étaient exceptionnellement bons, et qu’ils nous ont conduits à une huitième place avec un score de 11-3 (premier top 8 de GP !! Heu wait… 😀 ). Petite fierté supplémentaire : nous avons battu les équipes Rolph/Martell/Ward, Bonde/Mengucci/Enevoldsen, Floch/Hendriks/Karsten (qui nous ont battu j1, mais dont on s’est vengé j2), Gerschenson/Linden/Klocker et pour finir dernière ronde Muller/Larsen/Blohon. Gros big-up également à l’équipe Schulhof/Berthoux/Sommen qui termine 10e avec le même score que nous, mais avec en guise de spoiler craqué un Pierre Sommen qui abattra le joli record de 14/0 sur les deux jours…

Au moins une demi-perf pour finir ce trip ! Sensation douce amère, car nous n’étions vraiment pas loin du top 4, encore en course à la ronde 13, mais passé la déception directe et une fois que nous avons pu prendre un peu de recul par rapport au tournoi nous étions globalement très contents de nous. Et puis le truc positif c’est qu’à Dam il y a de quoi faire pour noyer son malheur…

gouda

Voilà pour mon premier article, j’espère vous avoir fait vivre au mieux ce trip de presque un mois, difficile de parler de tout tant il y aurait à dire… Si vous avez des questions précises par rapport à nos choix, à nos plans de réserve ou à nos listes, n’hésitez surtout pas. Et si votre question ne concerne pas Magic, n’hésitez pas non plus !

B.P.K.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.